La reserve de développement durable Mamirauá - Traivaller avec les communautés autochtones en Amazonie

Instituto Mamirauá
Publié: 31 août 2020
Dernière modification: 16 novembre 2020
remove_red_eye 369 Vues

Résumé

L’Institut de développement durable Mamirauá a été fondé en 1999 en vue de proposer des connaissances scientifiques, technologiques et novatrices aux communautés de la région de l’Amazonie. Le mandat est exercé avec le plus haut niveau d’éthique et de responsabilité, en respectant les connaissances traditionnelles des habitants.

 

L’Institut a créé la Réserve de développement durable de Mamirauá. D’une superficie de 1 240 000 hectares, la Réserve abrite la plus grande zone humide de la planète, ce qui la place au premier rang des réserves de développement durable (de catégorie 6 de l’Union internationale pour la conservation de la nature) au Brésil.

 

Au cours des dernières décennies, la Réserve de développement durable de Mamirauá a été surexploitée par des entreprises privées. C’est pourquoi l’Institut travaille en étroite collaboration avec les communautés locales afin de veiller à l’utilisation durable des ressources halieutiques.

Classifications

Région
Amérique du Sud
Échelle de la mise en œuvre
National
Ecosystème
Forêt de conifères tropicaux
Zones humide (marécage, marais, tourbière)
Écosystèmes d'eau douce
Écosystèmes forestiers
Thème
Atténuation du changement climatique
Connaissances traditionnelles
Gestion des aires protégées
Indigènes
Moyens d'existence durables
Restauration
Sensibilisation et communications
Urban and Disaster Risk Management
Resilience and disaster risk management
Territorial and spatial development
Challenges
Désertification
Dégradation des terres et des forêts
Perte de biodiversité
Perte de l'écosystème
Récolte non durable, y compris la surpêche
Manque d'accès au financement à long terme
Objectifs de Développement Durable
ODD 15 - Vie terrestre
ODD 16 - Paix, justice et institutions efficaces
Obectifs d'Aichi
Objectif 1: Sensibilisation accrue de la biodiversité
Objectif 2: Valeurs de la biodiversité intégrées
Objectif 4: Production et consommation durables
Objectif 10: Ecosystèmes vulnérables au changement climatique
Objectif 11: Aires protégées
Objectif 14: Services des écosystèmes
Objectif 15: Restauration et la résilience des écosystèmes
Objectif 17: Stratégies de la biodiversité et des plans d'action
Objectif 18: Connaissances traditionnelles
Objectif 19: Partage de l'information et de la connaissance
Cadre d'action de Sendai
2: Réduire nettement, d’ici à 2030, le nombre de personnes touchées par des catastrophes.
5: Augmenter nettement, d’ici à 2020, le nombre de pays dotés de stratégies nationales et locales de réduction des risques de catastrophe.
6: Améliorer nettement, d’ici à 2030, la coopération internationale avec les pays en développement en leur fournissant un appui approprié et continu afin de compléter l’action qu’ils mènent à l’échelle nationale pour mettre en œuvre le présent Cadre.
Approches pour l’engagement des entreprises
Engagement direct avec une entreprise
Engagement direct avec des associations
Indirect par le biais des consommateurs

Emplacement

Reserva de Desarrollo Sostenible Mamirauá
Show on Protected Planet

Défis

Le défi le plus important de la région est la monopolisation des entreprises dans l’utilisation des ressources halieutiques, et la nécessité d’acquérir une compréhension profonde de la vision du monde des communautés locales pour mettre en œuvre un programme de pêche durable qui respecte les méthodes de travail des habitants.

Bénéficiaires

  • les communautés dans la Réserve de développement durable de Mamirauá;
  • les villes voisines qui dépendent des ressources en eau;
  • la nation brésilienne qui dépend de la conservation du couvert forestier pour garantir les services environnementaux.

Comment les blocs constitutifs interagissent-ils entre eux dans la solution?

Les efforts de conservation et de développement dans les communautés de l’Amazonie déployés par l’Institut reposent sur l’association de trois éléments clés. Le travail à proximité des communautés est le dénominateur commun. 

 

Travailler à proximité des communautés facilite l’établissement de liens qui reposent sur le respect et la confiance mutuelle, condition indispensable pour mener à bien conjointement des recherches et générer des connaissances que les communautés choisiront d’utiliser dans leurs prises de décisions. La proximité permet de comprendre les besoins réels des communautés, et de travailler en concertation avec elles pour développer et mettre en œuvre des écotechnologies utiles.

Les impacts positifs

  1. une information technique et scientifique utile aux communautés de la Réserve Mamiraúa dans leurs prises de décisions;
  2. un programme de pêche durable dans la Réserve;
  3. un travail de conservation de la Réserve visant à protéger la zone humide la plus importante et biodiverse de la planète;
  4. la présence de plus de 300 professionnels voués à la conservation de la région.

Histoire

Carlos Estrada

Le travail réalisé dans la réserve Mamiraua est maintenant largement connu grâce à Luciano Regis, un jeune chef de file amoureux de la biodiversité du Brésil et engagé dans la conservation de son pays qui figure au premier rang mondial en termes de biodiversité. Dans le cadre de son travail, Luciano a eu l’occasion de connaître les communautés qui habitent dans la réserve Mamiraua et de découvrir leurs traditions, mode de vie et rapport à la conservation, ce qui l’a inspiré à élaborer des initiatives visant le développement local et la conservation. 

 

Les activités professionnelles de Luciano l’ont amené à faire partie de la division jeunesse de RELLAC, un organisme formé de jeunes qui travaillent dans le milieu des aires naturelles protégées en Amérique latine et dans les Caraïbes où, grâce à son leadership, il a réussi à établir un réseau de jeunes engagés dans la conservation au Brésil. 

 

Luciano et les jeunes de RELLAC sont de véritables ambassadeurs de #NaturePourTous, un mouvement mondial visant à inspirer l’amour de la nature.

Contribué par

#NatureForAll IUCN #NatureForAll

Soumise par

Luciano Regis
Instituto Mamirauá
#NatureforAll