Cartographie participative d'herbiers marins pour la conservation de la biodiversité et pour une pêche durable

Full Solution
Un pêcheur actionnant la pince pour collecter des herbiers marins
Julien Sémelin

En Afrique de l'Ouest, comme dans de nombreux autres endroits du monde, les ressources marines et côtières ont un besoin urgent d'être préservées. Lorsqu'elles sont établies et gérées en collaboration avec les communautés locales, les aires marines protégées (AMP) peuvent contribuer à la conservation des écosystèmes afin de mieux soutenir le statut socio-économique et les moyens de subsistance des communautés. Dans l'AMP de Joal-Fadiouth (Sénégal), les approches communautaires telles que la cartographie participative des herbiers marins renforcent la légitimité des actions de conservation en s'appuyant sur les connaissances des pêcheurs locaux, et aident à sensibiliser aux interrelations écosystèmiques qui sont importantes pour la pêche commerciale et pour les communautés qui en dépendent. Cette solution a été développée conjointement par la Fondation FIBA (aujourd'hui Fondation MAVA) et le Comité de gestion de l'AMP de Joal-Fadiouth. 

Dernière modification 09 Nov 2021
4741 Vues
Contexte
Challenges addressed
Récolte non durable, y compris la surpêche
Manque de capacités techniques
Manque de sensibilisation du public et des décideurs
Mauvaise surveillance et application de la loi

Les pêcheurs de Joal-Fadiouth avaient clairement exprimé leur désir de réaliser eux-mêmes la cartographie de leurs herbiers marins et de limiter au maximum l'implication des acteurs internationaux. Cependant, en raison de la turbidité de l'océan autour de Joal-Fadiouth, les images satellites se seraient avérées difficiles à analyser et auraient en outre nécessité le soutien d'experts en SIG. Seul un exercice de cartographie in-situ a donc pu correspondre aux conditions des pêcheurs. À cet égard, le principal défi auquel les pêcheurs ont dû faire face était le manque d'équipement de plongée complet. Heureusement, à l'époque, le bureau de l'Institut français de recherche et de développement (IRD) à Dakar testait différentes pinces pour la collecte d'échantillons sous-marins. L'une des petites pinces de l'IRD a donc été testée et reproduite afin de recueillir des échantillons d'herbiers marins à des profondeurs que les pêcheurs ne pourraient pas atteindre avec leurs seuls masques de plongée.

Scale of implementation
Local
Ecosystems
Herbiers marins
Thème
Accès et partage des avantages
Services écosystèmiques
Gouvernance des Aires protégées et conservées
Moyens d'existence durables
Acteurs locaux
Connaissances traditionnelles
Gestion des espaces côtiers et marins
Culture
Pêche et aquaculture
Emplacement
Joal, Thiès, Senegal
Afrique occidentale et centrale
Traiter
Summary of the process

Les quatre blocs de construction se complètent de manière consécutive. La création de l'AMP communautaire a fourni la base de la participation et de l'autonomisation des pêcheurs, ce qui a contribué à sensibiliser et à créer un sentiment d'appartenance parmi les pêcheurs qui n'ont pas participé aux activités de cartographie participative. Cela a par ailleurs renforcé la gestion adaptative de l'AMP et a accru la légitimité de certaines des réglementations mises en œuvre. Si la combinaison de ces éléments a fortement contribué aux résultats positifs de chacune de leurs actions, celles-ci peuvent également être reproduites indépendamment dans d'autres contextes.

Building Blocks
Une aire marine protégée communautaire

L'AMP de Joal-Fadiouth a été créée le 4 novembre 2004. L'idée de la conservation des ressources marines, et donc de la création de l'AMP, est venue directement de la communauté locale de pêcheurs. Avec la communauté des pêcheurs, l'AMP est cogérée par la Direction des Aires Marines Protégées Communautaires (DAMCP), qui a été créée afin de soutenir les stratégies nationales du Sénégal en matière de croissance bleue et de conservation de la biodiversité.

Enabling factors

En 2006, un comité de gestion a été créé. Celui-ci représente tous les groupes d'acteurs concernés qui sont directement ou indirectement touchés ou impliqués dans l'APM, notamment les pêcheurs, les femmes transformatrices de poisson, les professionnels du tourisme ou la police. Au total, 18 représentants font partie du comité de gestion.

Lesson learned

L'existence d'un comité de gestion fonctionnant correctement a joué un rôle essentiel dans le développement du projet. Les membres de l'AMP n'ont pas voulu être les seuls hôtes d'un projet de plus, piloté par une ONG extérieure. Ils voulaient mettre en œuvre la cartographie eux-mêmes, afin de répondre à leurs besoins de gestion propres. Par conséquent, leur premier défi a été d'obtenir une expertise technique suffisante pour mener à bien les activités. Le projet a commencé par des activités de renforcement de capacités, soutenues par la Fondation FIBA pour les aspects techniques et financiers, et par le Réseau régional d'AMP (RAMPAO) pour la conception de l'exercice de cartographie.

Cartographie participative des herbiers marins par les pêcheurs locaux

Les pêcheurs ont utilisé une carte bathymétrique de l'AMP combinée à des appareils GPS. Chaque emplacement marqué par GPS correspondait à une zone d'enquête de 50 m2, dans laquelle la présence d'herbiers marins a été confirmée ou non. Les espèces exactes d'herbiers marins (principalement des Cymodocées) ont été répertoriées pour chaque site dans un carnet dédié. Au total, environ 1500 échantillons ont été collectés au sein de l'AMP. Un code couleur a ensuite été attribué aux différentes découvertes – herbiers marins, sables ou roches – qui ont ensuite été transcrites sur une carte papier grâce aux coordonnées GPS recueillies. En outre, vingt sessions de relevés – reconnaissant le biais saisonnier – ont été menées de manière aléatoire au cours d'une année, dans le but de noter à nouveau la présence ou l'absence d'herbiers marins. Le protocole des relevés s'est inspiré des exemples fournis par les guides de terrain de Seagrass-Watch. La carte papier et les coordonnées GPS ont ensuite été transformées en une carte numérique par M. Paul Tendeng, technicien SIG du Réseau régional des aires marines protégées d'Afrique de l'Ouest (RAMPAO).

Enabling factors

En 2009, la Fondation FIBA (Fondation Internationale du Banc d'Arguin) a soutenu une première visite de Dr. Gérard Pergent, expert en herbiers marins (Université Pacal Paoli de Corse). À Joal, cette visite et les observations in situ ont attiré l'attention de M. Abdou Karim Sall (président du comité de gestion de l'AMP de Joal-Faditouh) et d'autres pêcheurs. Cette rencontre a mis en lumière l'importance des herbiers marins à Joal-Fadiouth, notamment pour expliquer la présence de ressources locales comme les calamars.

Lesson learned

Une fois que les pêcheurs et le comité de gestion de l'AMP ont compris l'importance de protéger les herbiers marins au profit de leurs pêcheries, ils ont demandé le soutien de la fondation FIBA, avec laquelle ils entretenaient une relation de confiance de longue date. Conduite en 2012-2014, la FIBA a mis en œuvre la première cartographie participative des herbiers marins au Sénégal, avec 70 à 80 % du travail effectué volontairement par les pêcheurs eux-mêmes. L'équipe de la FIBA, alors basée à Dakar et composée de M. Julien Sémelin (coordinateur du programme sur les espèces et les habitats marins), M. Simon Mériaux (coordinateur du programme de développement organisationnel) et M. Antonio Araujo (expert technique), a financièrement et techniquement soutenu les pêcheurs de Joal-Fadiouth. Au total, la FIBA a fourni environ 20.000 EUR pour le matériel, le carburant et les activités de sensibilisation, et a consacré environ 40 jours de travail à l'assistance technique.

Activités de sensibilisation

Dans chaque quartier de Joal-Fadiouth, des activités de sensibilisation ont été menées. Des courts métrages, y compris des images sous-marines montrant des pêcheurs plongeant à la recherche d'herbiers marins, ont été présentés à la communauté élargie des pêcheurs. Les films ont été projetés la nuit, suivis de débats avec l'équipe de gestion de l'AMP.  Alors que les pêcheurs étaient ciblés par des réunions spécifiques ou en écoutant les nombreuses interventions de l'équipe de l'AMP à la radio locale, ces films et débats ont été l'occasion de toucher les autres membres de des familles et du voisinage.

Enabling factors

Des activités de sensibilisation telles que la projection de films ou des interviews radiophoniques ont été régulièrement menées par l'équipe de l'AMP depuis sa création. Les pêcheurs et les habitants étaient habitués à entendre les messages de l'équipe de gestion, qui étaient crédibles.

Lesson learned

Cela a permis de sensibiliser au rôle essentiel que jouent les herbiers marins en tant que zones de nurserie et d'alimentation dans leur AMP, et de souligner l'importance de leur conservation pour les générations de pêcheurs actuelles et futures. En outre, des équipements de plongée supplémentaires ont été achetés afin de permettre aux pêcheurs locaux de voir les herbiers marins par eux-mêmes. La sensibilisation accrue des pêcheurs aux herbiers marins les a amenés à demander un zonage et un marquage appropriés de l'AMP, afin d'éviter les dommages involontaires causés aux herbiers marins par leurs ancres ou les hélices de leurs moteurs.

Récifs artificiels

Une autre activité connexe importante a été l'identification de l'emplacement de récifs artificiels, afin d'augmenter la biomasse des poissons. La carte des herbiers marins produite ultérieurement par le comité de gestion de l'AMP s'est avérée particulièrement utile pour sélectionner les zones sans herbiers marins afin de placer ces récifs artificiels.

Enabling factors

La submersion de récifs artificiels a déjà été testée avec le soutien de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA) en 2009. Par ailleurs, le Centre de recherche sénégalais sur l'aquaculture et les moules (CRAMS) situé à M'bodiène, au nord de Joal-Fadiouth, développait et plaçait en même temps des récifs artificiels au sein d'une ferme aquacole. 

 

Les pêcheurs de Joal-Fadiouth se sont montrés particulièrement intéressés par l'immersion de récifs similaires dans leur AMP, afin d'attirer les poissons et de diversifier l'activité de pêche.

Lesson learned

Le CRAMS a dû faire face à la perte de certains poissons qui s'échappaient des cages, mais aussi au fait que l'ombre des cages avait tendance à attirer les poissons sauvages. Cette abondance de poissons sauvages et de poissons d'élevage échappés autour de la ferme a attiré les pêcheurs locaux, ce qui a souvent entraîné des dommages aux cages et donc des conflits avec l'équipe du CRAMS. L'équipe a donc déployé plusieurs récifs artificiels autour des cages (constitués de plateaux de mollusques, largement consommés par les Sénégalais). Non seulement l'effet du récif artificiel a-t-il entraîné une augmentation de la biomasse de poissons, mais celui-ci a également empêché les pêcheurs d'entrer dans les cages à poissons.

Impacts

La mise en œuvre de cette solution s'est avérée bénéfique pour les herbiers marins en augmentant leur niveau de protection dans l'AMP de Joal-Fadiouth. Cela a permis d'accroître leur capacité à fournir des services écosystémiques à long terme, qui sont non seulement essentiels au maintien des moyens de subsistance des pêcheurs locaux, mais qui sont également importants pour l'atténuation du changement climatique. D'autre part, la solution a également eu un impact positif direct sur les pêcheurs. D'une part, les pêcheurs ont été responsabilisés par les activités de cartographie participative et, d'autre part, la communauté des pêcheurs au sens large a pu participer aux différentes activités de sensibilisation et comprend désormais mieux l'importance de la santé des herbiers marins pour la prospérité des activités de pêche.

Beneficiaries

Les bénéficiaires sont les pêcheurs locaux de Joal-Fadiouth, qui profitent directement des herbiers marins en bonne santé et des services écosystémiques essentiels qu'ils fournissent à la pêche, notamment les habitats de nurserie et d'alimentation.

Sustainable Development Goals
ODD 14 - Vie aquatique
Story
Julien Semelin
Abdou Karim Sall, President of the Joal-Fadiouth MPA Management Committee
Julien Semelin

"Pour une fois, le travail a été effectué localement par les membres de l'aire marine protégée. Cette initiative de cartographie a été initiée par les pêcheurs. Nous avons été soutenus, mais nous avons effectué les travaux avec une pince de notre propre fabrication. Il est important de montrer que nous pouvons faire les choses par nous-mêmes, sans attendre que tout vienne de l'extérieur. Cette cartographie nous a permis de mieux comprendre notre AMP, de sélectionner des zones pour les récifs artificiels et de proposer des mesures de gestion adaptées". C'est ainsi qu'Abdou Karim Sall, le charismatique président du comité de gestion de la MPA de Joal-Fadiouth, décrit la cartographie participative des herbiers marins réalisée par l'AMP en 2012. 

 

L'AMP de Joal-Fadiouth a été créée en 2004 par le gouvernement sénégalais dans le but de conserver la biodiversité et d'améliorer les rendements de la pêche et les avantages socio-économiques qui en découlent pour les pêcheurs artisanaux locaux.

 

Abdou Karim Sall, originaire de Joal-Fadiouth, est depuis longtemps conscient du rôle important que jouent les herbiers marins florissants pour les espèces de poissons commercialement importantes. Les utilisateurs des ressources locales, comme M. Sall, sont souvent les meilleurs gardiens de leur environnement. L'implication des pêcheurs locaux dans la cartographie des herbiers marins a donc permis d'utiliser leurs meilleures connaissances au quotidien, tout en leur donnant l'occasion de sensibiliser la population au rôle essentiel des herbiers marins pour les espèces de poissons dont ils dépendent pour leur subsistance.

Connexion avec les contributeurs
Other contributors
Simon Mériaux
MAVA Foundation