Connaitre pour mieux protéger et valoriser : Amélioration des infrastructures d’accueil du Parc National du Banco (Abidjan, Côte d’Ivoire)

OIPR, 2021
Publié: 12 novembre 2021
Dernière modification: 12 novembre 2021
remove_red_eye 392 Vues

Résumé

Le Parc National du Banco (3 438 Ha) se situe au cœur d’Abidjan, capitale économique de la Côte d’Ivoire; le mettant sous forte pression de l'urbanisation. Son immense potentialité de parc urbain est insuffisamment exploitée, et des menaces (pollution et braconnage) mettent en péril son intégrité. Aussi, l’insuffisance des aménagements réduit considérablement la promotion des fonctions éducative, récréative et touristique.

Pour renforcer la protection et la valorisation de ce patrimoine naturel, l’Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR) accorde un intérêt particulier à la recherche de financements pour l’intensification de l’éducation environnementale et l’amélioration de l’attractivité touristique du parc. Ainsi, l’OIPR a commencé par l’évaluation de la qualité de la gestion du parc avec l’outil Integrated Management Effectiveness Tool (IMET). Cette évaluation a été le point de départ de nombreux projets écotouristiques et l’adoption d’une culture d’évaluation dans la gestion du parc.

Classifications

Région
Afrique occidentale et centrale
Échelle de la mise en œuvre
Local
Ecosystème
Forêt de feuillus tropicaux
Écosystèmes forestiers
Thème
Fragmentation et la dégradtion de l'habitat
Sensibilisation et communications
Species Conservation and One Health Interventions
Communication des risques, engagement communautaire et changement de comportement
Défis
Dégradation des terres et des forêts
Perte de biodiversité
Braconnage
Pollution (y compris eutrophisation et déchets)
Développement d’infrastructure
Manque de capacités techniques
Manque d'infrastructures
Objectifs de Développement Durable
ODD 13 - Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques
ODD 15 - Vie terrestre
Obectifs d'Aichi
Objectif 1: Sensibilisation accrue de la biodiversité
Objectif 11: Aires protégées et conservées
Objectif 14: Services des écosystèmes
Approches pour l’engagement des entreprises
Engagement direct avec des associations
Indirecte par le biais des institutions financières
Indirect à travers des gouvernements

Emplacement

Parc national du Banco, Abidjan, Côte d'Ivoire

Défis

Situé au cœur d’Abidjan, le Parc National du Banco (3 438 Ha) abrite plus de 40 % des réserves d'eau alimentant en eau potable la capitale économique. Avec un stock moyen de carbone estimé à 293,61 tC/ha, il joue un rôle de régulation microclimatique pour la ville. Le parc offre également à la population un lieu de récréation et de détente. Mais l’attrait du parc reste faible car offrant seulement un tourisme paysager en raison de l'insuffisance des produits touristiques et récréatives offerts.

Le PNB est confronté à plusieurs pressions, des occupations illégales sur les limites, des prélèvements interdits de produits forestiers et la pollution provenant des quartiers périphériques. 

Ainsi, le PNB est confronté aux risques de dégradation et de dévalorisation qui risquent, à terme, de mettre en péril les services écosystémiques (régulation, approvisionnement, fonction récréative) qu’il offre.

Bénéficiaires

La population abidjanaise, estimée à plus de 5 millions à la périphérie.

Les populations des 6 quartiers périphériques sensibilisées, bénéficiant de microprojets et de quelques emplois.

Les visiteurs (environ 15.500 ind. en 2017)

Comment les blocs constitutifs interagissent-ils entre eux dans la solution?

Pour une meilleure gestion du parc, il a été nécessaire de faire une introspection à travers une évaluation de la gestion (bloc 1). Les résultats de cette évaluation ont permis de procéder à une planification de la gestion, avec les principales parties prenantes y compris les partenaires techniques et financiers (bloc 2). Cette planification inclusive de la gestion du parc a permis de rédiger un Plan d’Aménagement et de Gestion (PAG) du Parc National du Banco sur les 10 prochaines années (PAG 2019-2028). D’un coût global de 5 319 000 000 F.CFA, la mise en œuvre du PAG va nécessiter une recherche de financement aussi bien au niveau national (Etat) qu’international (bailleurs). Par sa position en pleine agglomération urbaine, le développement touristique du PNB est l’un des axes majeurs de son PAG. Aussi, la mise à niveau du parc à travers la construction et la réhabilitation d’infrastructures touristiques doit se faire avec rigueur, respectant les normes internationales en la matière tout en étant flexible et à l’écoute des prestataires pour un meilleur résultat (bloc 3). Cela devrait aboutir à l’intensification des activités touristiques avec une accentuation de la communication sur le parc et l’implication des populations riveraines (Bloc 4).

Les impacts positifs

Grâce à une approche multi-bailleurs, soutenue par une évaluation systématique de sa gestion, le Parc National du Banco (PNB) a fortement amélioré son offre touristique. Concernant le développement d’infrastructures et de l’écotourisme, plusieurs projets ont été formulés. Un projet soumis au Programme BIOPAMA dans le cadre des petites subventions techniques, a permis d’obtenir un financement s’élevant à 93.250 Euros pour la réhabilitation et l’équipement de l’écomusée. Cette subvention devrait également permettre de mener une étude de faisabilité de la construction d’un canopy-walk dans le parc.

La réhabilitation de l’écomusée, réalisée entre octobre 2020 et avril 2021, a permis de rapprocher le responsable du parc de son équipe et surtout des visiteurs. En effet, une salle aménagée au sein de l’écomusée lui sert désormais de bureau. Par ailleurs, la salle d’exposition qui bénéficie de l’installation d’un climatiseur split, offre un meilleur confort aux visiteurs, de même que la bibliothèque et le kiosque nouvellement aménagés sur place. L’écomusée offre un espace et le matériel pour des ateliers et des conférences sur l’environnement et la conservation de la biodiversité. Bien que récentes, ces infrastructures touristiques et éducatives permettent déjà d’améliorer la sensibilité environnementale des populations locales et des visiteurs.

Histoire

OIPR, 2019

L’élaboration du Plan d’Aménagement et de Gestion du PNB a permis d’avoir un document de référence en matière d’intervention dans le parc. En plus d’avoir relevé la faiblesse du développement touristique, il a mis en exergue la nécessité de renforcer la surveillance à travers le renforcement de capacités humaines et matérielles. Un accent est mis sur la connaissance de la biodiversité du parc à travers le renforcement du suivi écologique et la collaboration avec les structures de recherches et les universités. Dans ce cadre, des thèmes prioritaires de recherches ont été identifiés et constituent la base des recherches à mener dans le parc.

Toutes ces actions ont pour but d’assurer la bonne santé du Parc National du Banco et son rayonnement pour la conservation de la biodiversité.

Contribué par

Portrait de issa.diarrassouba_41151

ISSA DIARRASSOUBA Office Ivoirien des Parcs et Réserves (OIPR)

Soumise par