Hiérarchisation de la responsabilité patrimoniale

D. Cohez / RNR TdV
Publié: 16 mars 2020
Dernière modification: 16 mars 2020
remove_red_eye 427 Vues

Résumé

Dans le cadre du plan de gestion du domaine de la Tour du Valat, une méthode de hiérarchisation de la responsabilité patrimoniale a été définie.

Elle se base sur 6 critères :

  • Valeur patrimoniale (sur la base des textes / lois) : notation de 0 à 4 (intérêt faible / régional / national / européen / mondial)
  • Représentativité de la population du site : notation de 0 à 4.
  • Etat de conservation de la population globale : notation de 0 à 2 (présumé favorable / défavorable inadéquate / mauvais).
  • Etat de conservation sur le site : notation de 0 à 2.
  • Irréversibilité : notation de 0 à 3 (nulle, faible, moyenne, forte). Equivaut à la probabilité de retrouver l’élément du patrimoine naturel après disparition.
  • Importance de la Camargue (site fonctionnel) pour la conservation de l’espèce / habitat : notation de 0 à 3.

Ces critères une fois notés sont croisés selon une grille prédéfinie et permettent d’évaluer le niveau de responsabilité du site pour l’espèce ou l’habitat concerné.

Classifications

Région
Europe de l’Ouest et du Sud
Échelle de la mise en œuvre
Intranational
Local
National
Ecosystème
Estuaire
Zones humide (marécage, marais, tourbière)
Écosystèmes d'eau douce
Écosystèmes marins et côtiers
Thème
Gestion des aires protégées
Gestion des espèces
Gouvernance des aires protégées
L'intégration de la biodiversité
Challenges
Perte de biodiversité
Perte de l'écosystème

Emplacement

Arles, Bouches-du-Rhône, France
Show on Protected Planet

Les impacts positifs

Définir, sur un site naturel protégé, quelles sont les espèces ou les habitats qui sont les plus importants à préserver est une étape primordiale du processus du plan de gestion. De plus, il est essentiel que cette étape soit réalisée de la manière la plus objective possible, faisant abstraction de l’affect ou de la volonté d’un gestionnaire ou d’une personne.

 

Aussi, utiliser une telle méthode permet de clarifier, partager et prioriser pour quelles espèces ou quels habitats le site présente une responsabilité particulière.

 

Dans le cas du domaine de la Tour du Valat, cette étape amorcée en 2004, a permis d’avoir enfin une vision commune et surtout argumentée des enjeux de conservation sur le site. Pour le gestionnaire, cette étape permet de bien évaluer quels sont, parmi toute la biodiversité présente sur le site, les espèces et habitats nécessitant une attention privilégiée. Elle permet aussi d’identifier les compartiments du patrimoine naturel nécessitant une amélioration des connaissances.

Contribué par

Damien Cohez Fondation Tour du Valat