Projet Chiropt'îles : Inventaire des cortèges chiroptères présents dans les Îles Eparses appartenant aux Terres Australes et Antarctiques Françaises

Full Solution
Individu de Taphien de Maurice à Grande Glorieuse
Gildas Monnier

Dans le cadre d’un projet Best 2.0+ financé par la commission Européenne et mené par le Groupe Chiroptères Océan Indien en partenariat avec les Terres Australes et Antarctiques Françaises, une étude sur les cortèges de chiroptères présents sur 3 des îles Éparses a été réalisée dans l’objectif d’acquérir des connaissances nécessaires pour leur conservation.

 

Une première phase de terrain, basée sur la présence avérée du Taphien de Maurice (Taphozous mauritianus), a été réalisée sur Grande Glorieuse, complétée par une étude acoustique passive mise en place sur les îles de Tromelin, Europa et Grande Glorieuse.

 

Les résultats montrent que deux espèces de chiroptères ont été recensées sur Grande Glorieuse contrairement à Europa et Tromelin sur lesquelles, aucune chauve-souris n’a été identifiée. Sur la base de ces résultats, des préconisations de suivi, gestion et sensibilisation ont été établies pour chacune des îles.

Dernière modification 20 Jul 2023
1092 Vues
Contexte
Challenges addressed
Utilisations conflictuelles / impacts cumulatifs
Perte de l'écosystème
Manque de sensibilisation du public et des décideurs
Manque de capacités techniques
  • Faire le premier inventaire des chiroptères potentiellement présents dans les îles Eparses

  • Améliorer les connaissances concernant l’écologie et l’utilisation du territoire des Taphiens de Maurice présents à Grande Glorieuse

  • Former des agents des TAAF au déploiement d’enregistreurs passifs

  • Découvrir une espèce de chauve-souris indéterminée sur Grande Glorieuse

  • Prouver l’absence de chiroptère sur Tromelin

  • Récolter des prélèvements génétiques d’individus de Taphiens de Maurice à Grande Glorieuse afin d’améliorer les connaissances sur son aire de répartition

  • Montrer que la population de Taphiens de Maurice de Grande Glorieuse est reproductrice

  • Etablir des préconisations de gestion en accord avec les enjeux chiroptères locaux pour chacune des îles

  • Envisager une suite du projet sur Europa, Grande Glorieuse et Juan de Nova

Scale of implementation
National
Ecosystems
Lagune
Mangrove
Forêt côtière
Récif corallien
Plage
Zones humide (marécage, marais, tourbière)
Toundra, prairie montane
Thème
L'intégration de la biodiversité
Diversité génétique
Fragmentation et la dégradtion de l'habitat
Gestion des espèces
Connectivité / conservation transfrontières
Restauration
L'intégration du genre
Géodiversité et géoconservation
Cadre juridique et politique
Gouvernance des Aires protégées et conservées
Îles
Acteurs locaux
Gestion des espaces côtiers et marins
Land management
Gestion et Planification des Aires protégées et conservées
Planification spatiale terrestre
Sensibilisation et communications
Science et recherche
Non répertorié
World Heritage
Chiroptères
Espèce
Emplacement
îles Éparses de l'océan Indien, Terres australes et antarctiques françaises
Afrique de l'Est et du Sud
Traiter
Summary of the process

Ce projet s'appuie sur une étroite collaboration avec les TAAF. En effet, la mise en œuvre des différents protocoles n’aurait pas pu se faire sans le coordinateur des programmes de conservation des écosystèmes terrestres des îles Eparses, la responsable logistique, ni sans les agents  de terrain des TAAF. De plus, les divers protocoles mis en place sont complémentaires puisqu’ils apportent des informations inédites entrant toutes dans l’objectif d’acquérir des connaissances nécessaires à la conservation par les TAAF des espèces de chauves-souris présentes sur trois des îles Eparses.

Building Blocks
Les îles Eparses, une aire d'étude hors du commun

Depuis 2005, les TAAF sont gestionnaires des îles Éparses constituées de l’archipel des Glorieuses, Juan de Nova, Tromelin, Europa et Bassas de India. La majorité d’entre elles se situent dans le canal du Mozambique, exceptée l’île de Tromelin, localisée au nord de la Réunion.

 

Malgré une faible surface terrestre cumulée (43 km²), l’ensemble des eaux sous juridiction française liées à ces îles représente 6 % du territoire maritime français.

 

Ces îles présentent un patrimoine naturel régional reconnu mondialement puisqu’elles font partie du Hotspot de Biodiversité de Madagascar et des îles de l’Océan Indien ; Elles sont comprises dans 4 des 320 Aires marines d’importance écologie et biologiques identifiées par la Convention sur la Diversité Biologique ; elles sont reconnues comme des zones clés pour la biodiversité par l’UICN ; certaines sont reconnues comme Zones d’importance pour la conservation des oiseaux identifiées par BirdLife International.

 

Malgré la présence permanente d'agents de l'environnement TAAF sur ces différentes îles, aucune étude n'avait été menée sur les chiroptères avant le projet Chiropt'îles. Seules quelques mentions de chauves-souris (Genre Mops sp, Taphien de Maurice) ont été recensées sur les îles de Grande Glorieuse, Europa et Juan de Nova.

Enabling factors
  • Etablissement d'un partenariat entre le GCOI et les TAAF
  • Définition des objectifs du projet en concertation avec les TAAF et le MNHN
  • Recueil des anciennes mentions de chauves-souris dans les îles Eparses
  • Définition des protocoles à mettre en place, adaptables à chaque île étudiée et aux moyens logistiques
Lesson learned
  • Amélioration des connaissances concernant la biodiversité présente sur les îles de Tromelin, Grande Glorieuse et Europa
  • Premier partenariat entre les TAAF et le GCOI
  • Possibilité de communiquer sur les résultats tirés de l'étude
Protocole d’écoute acoustique passif

Sur chaque île concernée par le projet, 2 enregistreurs à ultrasons de type SongMeter mini bat, ont été déployés lors de 2 sessions d’écoute par 7 agents des Terres australes et antarctiques françaises, formés au préalable par le GCOI à leur manipulation. Les deux sessions d’écoute ont eu lieu en hiver (décembre-janvier) et été austral (juillet-août), se basant sur les connaissances relatives au Taphien de Maurice. Posés durant 5 nuits, dans 4 types d’habitats préalablement sélectionnés, 20 nuits d’écoute par enregistreur et par session ont été enregistrées. Au total, 240 nuits d’écoute ont été enregistrées sur l‘ensemble des îles.

 

Les plans d’échantillonnage se sont basés sur les données des différents types de milieux présents sur les trois îles, fournies par le Conservatoire Botanique National de Mascarin.

 

Une fois les enregistrements récupérés, les données ont été traitées en suivant le protocole point fixe issu du dispositif VigieChiro géré par le Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris permettant notamment de déterminer les espèces de chiroptères enregistrées dans les fichiers sons. Après le traitement automatisé de ces sons, une analyse acoustique manuelle a été réalisée par les salariés du GCOI afin d’identifier d’éventuelles espèces qui n’auraient pas été repérées par le logiciel.

Enabling factors
  • Formation des agents TAAF par le GCOI à la manipulation des enregistreurs

  • Investissement et autonomie des agents TAAF dans la mise en place du protocole

  • Coopération du CBNM pour fournir les données des types de milieux de chaque île étudiée

  • Coopération avec le MNHN pour adapter le protocole point fixe à une autre aire d’étude que la métropole

  • Investissement des salariés du GCOI dans le traitement, l’analyse des sons et dans l’établissement des préconisations de gestion adaptées aux résultats de l’étude

Lesson learned
  • Présence de deux espèces de chiroptères sur Grande Glorieuse

  • Absence de chiroptère sur Tromelin

  • Doute quant à la présence ou l’absence de chiroptère sur Europa

  • Bonnes expériences partenariales avec les TAAF, le CBNM et le MNHN

Mission de terrain à Grande Glorieuse

Au cours d’une mission de terrain de 14 jours sur l’île Grande Glorieuse, le coordinateur scientifique du GCOI a déployé trois protocoles scientifiques différents visant à l’amélioration des connaissances sur les espèces potentielles de chiroptères de l’île et notamment concernant le Taphien de Maurice dont la présence est avérée.

 

La première phase a été la réalisation de transects acoustiques actifs sur l’ensemble de l’île afin de repérer les zones fréquentées par le Taphien de Maurice et d’identifier d’éventuelles autres espèces de chauve-souris. En s’appuyant sur les résultats de ces écoutes, des prospections visuelles ont été réalisées sur les zones fréquentées (notamment dans des cocoteraies) afin de repérer les zones de gîte et d’évaluer les effectifs de la population de Taphiens de Maurice. Des sessions de captures ont ensuite été réalisées au niveau de ces zones de gîte afin de récolter des prélèvements génétiques sur les individus de Taphiens de Maurice capturés. Des études génétiques seront réalisées à postériori, en partenariat avec les PIMIT, sur ces échantillons afin d’améliorer les connaissances concernant la répartition biogéographique de l’espèce et d’évaluer le rôle potentiel de Grande Glorieuse dans celle-ci.

Enabling factors
  • Avoir obtenu l’autorisation d’accès à Grande Glorieuse via une campagne scientifique

  • Avoir obtenu une place pour un aller-retour dans les moyens de transports des FAZSOI

  • Avoir fourni un dossier médical complet et correct de l’opérateur aux TAAF

  • Avoir su s’adapter aux contraintes logistiques imposées par le FAZSOI pour effectuer les rotations vers et depuis les îles Eparses

  • Avoir su s’adapter aux contraintes météorologiques de l’île et rempli malgré tout, l’ensemble des objectifs prévus

  • Avoir créer un partenariat avec le PIMIT

Lesson learned
  • Recensement du Taphien de Maurice uniquement, par écoute active

  • Identification des zones fréquentées par le Taphien de Maurice

  • Identification d’une zone de gîtes utilisées par le Taphien de Maurice (Sur la base vie, au sein d’une cocoteraie de 209 cocotiers)

  • Evaluation des effectifs à 10 individus dont un jeune non volant

  • Découverte que la population de Taphiens de Maurice est reproductrice sur l’île

  • Capture de 9 individus dont 7 différents, 4 femelles et 3 mâles

  • Prélèvements de 7 échantillons génétiques, salivaires et de fèces qui seront analysés à postériori

  • Relève de mesures biométriques sur l’ensemble des individus capturés

  • Futures analyses génétiques apportant des informations sur l’aire de répartition globale du Taphien de Maurice

Préconisations de suivi et de gestion

Basées sur les résultats issus des différents protocoles mis en place dans le projet Chriopt’îles, des préconisations de gestion ont été formulées par le GCOI et présentées aux TAAF, gestionnaires des îles Eparses.

 

D’après les analyses acoustiques et le contexte hostile de Tromelin, l’île ne semble pas abriter d’espèces de chiroptères. Aucune préconisation de gestion ou de poursuite de l’étude n’y est envisagée.

 

Malgré l’absence de sons de chiroptères dans les analyses acoustiques d’Europa, son historique et le contexte local laissent penser que des chiroptères pourraient tout de même être présents. Il est envisagé de déployer à nouveau le protocole d’écoute passif sur des périodes basées sur les dates des observations historiques. Les préconisations de gestion seront données à la suite de ces recherches.

 

2 espèces de chiroptères ont été recensées sur Grande Glorieuse dont le Taphien de Maurice et une espèce indéterminée. La reconduction du protocole acoustique passif est envisagé afin d’améliorer les connaissances sur l’occupation du territoire par celles-ci. La mise en place d’un suivi visuel mensuel sur la cocoteraie de la base vie serait également envisagé. La gestion des espèces exotiques envahissantes sur les Filaos ou les Cocotiers doivent prendre en considération la présence de ces deux espèces.

Enabling factors
  • Obtention de résultats représentatifs issus des divers protocole mis en place

  • Organisation d’une réunion en cours de projet avec les TAAF afin de discuter de la faisabilité, des contraintes techniques, logistiques et humaines relatives aux préconisations

  • Organisation d’une réunion de restitution à la Préfète des TAAF, Madame Florence JEANBLANC-RISLER, pour présenter les préconisations établies

  • Bon accueil et approbation des préconisations de gestion par les TAAF

  • Volonté des deux parties (GCOI et TAAF) de poursuivre le partenariat en envisageant une suite au projet

Lesson learned
  • Etablissement d’un partenariat fonctionnel entre le GCOI et les TAAF

  • Elaboration de préconisations de gestion pour chacune des îles étudiées, basées sur les résultats globaux du projet

  • Volonté de poursuivre l’acquisition de connaissances concernant les cortèges de chiroptères présents dans les îles Eparses

Impacts

Un protocole d’écoute passive a été déployé sur les îles de Grande Glorieuse, Europa et Tromelin en 2022 pour réaliser le premier inventaire des chauves-souris présentes sur ces territoires. Ce protocole a consisté en la pose d'enregistreurs passifs à ultrasons en été et hiver austral, totalisant 80 nuits d’écoute sur chaque île. Le traitement des sons enregistrés n’a pas permis d’identifier d’espèces sur Europa ni sur Tromelin. Cependant, deux espèces de chiroptères ont été recensées sur l’île de Grande Glorieuse : Le Taphien de Maurice (Taphozous mauritianus) et une espèce restée indéterminée.

 

En complément de cet inventaire, le coordinateur scientifique du GCOI a réalisé une mission de 14 jours sur Grande Glorieuse en mars 2022, au cours de laquelle des transects acoustiques actifs avec un détecteur d’ultrason ont permis de repérer les zones fréquentées par les chauves-souris. Des prospections visuelles ont ensuite été réalisées sur 209 cocotiers afin de repérer les zones de gites et d’estimer l'effectif de la population de Taphien de Maurice à 10 individus dont un jeune non volant, montrant que l’espèce est reproductrice sur l’île. Au cours de sessions de captures, des prélèvements génétiques ont été réalisés sur 7 individus différents (4 femelles et 3 mâles) visant à améliorer les connaissances sur la répartition biogéographique de l’espèce.

Beneficiaries

Les principaux bénéficiaires sont les Terres Australes et Antarctiques Françaises, le Muséum National d’Histoire Naturelle et la communauté scientifique liée à l’étude des chiroptères.

Sustainable Development Goals
ODD 15 - Vie terrestre
ODD 17 - Partenariats pour la réalisation des objectifs
Story
Gildas Monnier
Antoine Goguelat et Gildas Monnier à Grande Glorieuse
Gildas Monnier

La mission de terrain réalisée sur l’île de Grande Glorieuse a été une expérience atypique pour le coordinateur scientifique du GCOI. En effet, Grande Glorieuse étant une île isolée située dans l’Océan Indien, au Nord du Canal du Mozambique, à 253 km au Nord-Est de Mayotte et à 222 km de Nosy-Be à Madagascar, aucun citoyen n’y habite. Seule une équipe constituée de 14 militaires, 1 gendarme et 1 agent de l’environnement des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises) y sont présents en continu, avec une rotation des équipes tous les 45 jours environ. Les équipes sont alors amenées sur l’île grâce aux rotations par avions des FAZSOI (Forces armées de la Zone Sud Océan Indien), demandant une organisation logistique complexe à laquelle le coordinateur scientifique a dû s’adapter (poids embarqué limité incluant le matériel (personnel et scientifique) et l'opérateur de terrain), dates de vol pouvant être modifiées en dernières minutes selon les contraintes des FAZSOI).

 

Plusieurs autres aspects de la mission ont demandé de trouver des solutions d’adaptation. En effet, les conditions météorologiques ont été difficiles (beaucoup de pluie en mars 2022), compliquant la gestion du matériel de capture (séchage obligatoire à chaque fin de session de capture), sa mise en place et la réalisation des captures. Le protocole de capture a également dû être adapté aux comportements des individus de Taphien de Maurice qui n’étaient pas si faciles à capturer. Les captures sont communément réalisées en soirée mais les individus ont adopté des comportements d’évitement qui ont nécessité de poser les dispositifs de capture en journée, en berne, pour ne les ouvrir qu’une fois la nuit bien installée et les chauves-souris envolées. Ainsi, le dispositif n’était pas repéré par les chauves-souris ce qui permettait de limiter les comportements d’évitement.

 

Malgré ces différentes limites, les objectifs de cette mission de terrain ont été amplement remplis et les liens qu’a pu créer le coordinateur avec le reste de l’équipe présente sur place ont été très intéressants d’un point de vue professionnel et personnel.

Connexion avec les contributeurs
Other contributors
Union Européenne
Union Européenne