Implication des peuples autochtones Batwa dans la gestion de la réserve naturelle de Bururi

Photo prise par Nzigiyimpa Léonidas. Janvier 2021
Publié: 16 septembre 2021
Dernière modification: 21 septembre 2021
remove_red_eye 170 Vues

Résumé

L’approche a été  développée en 2017 et après. Elle  consiste  à impliquer les peuples autochtones Batwa  du Burundi dans la gestion et l’aménagement de la réserve naturelle forestière de Bururi. Des résultats tangibles sur la biodiversité ont été produits à travers l'amélioration sensible de l’efficacité de gestion de cette aire protégée. En plus, des effets et des impacts positifs  ont été produits grâce à l'amélioration de leurs conditions de vie.

Classifications

Région
Afrique occidentale et centrale
Échelle de la mise en œuvre
Local
Ecosystème
Forêt de feuillus tropicaux
Écosystèmes forestiers
Thème
Acteurs locaux
Indigènes
L'intégration de la biodiversité
Défis
Perte de biodiversité
Braconnage
Extraction de ressources matérielles
Mauvaise surveillance et application de la loi
Mauvaise gouvernance et participation
Conflit social et troubles civils
Objectifs de Développement Durable
ODD 1 - Pas de pauvreté
ODD 2 - Faim "zéro"
ODD 3 - Bonne santé et bien-être
ODD 5 - Égalité entre les sexes
ODD 11 - Villes et communautés durables
ODD 13 - Mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques
ODD 14 - Vie aquatique
ODD 15 - Vie terrestre
ODD 16 - Paix, justice et institutions efficaces
Obectifs d'Aichi
Objectif 1: Sensibilisation accrue de la biodiversité
Objectif 2: Valeurs de la biodiversité intégrées
Objectif 3: Attraits réformées
Objectif 5: Perte d'habitat réduite de moitié ou diminuée
Objectif 11: Aires protégées et conservées
Objectif 13: Sauvegarde de la diversité génétique
Objectif 14: Services des écosystèmes
Objectif 15: Restauration et la résilience des écosystèmes
Objectif 16: Accès et le partage des avantages tirés des ressources génétiques
Objectif 17: Stratégies de la biodiversité et des plans d'action
Soumission de (I)NDC
Burundi_INDC

Emplacement

Réserve Naturelle Forestière de Bururi | Parc national de la Kibira, Parc national de la Ruvubu
x: 0786396, y: 9559361
Afficher sur Planète protégée

Défis

D’une superficie de 3300 ha, la Réserve Naturelle Forestière de Bururi est une forêt tropicale humide de montagne riche en espèces de flore et de faune dont beaucoup sont endémiques dans la région du Rift Albertin. C’est un petit îlot de forêt entouré par des écosystèmes complètement différents.  Autour de cette réserve vivaient 28 ménages de Batwa sans terres et sans maisons depuis 1996 suite aux effets de la guerre.  Ils dépendaient  essentiellement de l’extraction des  carrières dans la réserve et ses alentours,  de la coupe du bois et du piégeage des animaux pour leur survie. Ces Batwa n’ayant d’autres alternatives de survie que d’exploiter les ressources naturelles de la réserve, ils contribuaient fortement à la dégradation des ressources naturelles de cet écosystème. 

Bénéficiaires

Cette initiative a touché 130 personnes membres de  28 ménages de  Batwa qui étaient installés à la lisière de la réserve naturelle forestière de Bururi, les habitants de la ville de Bururi ainsi que l'équipe de gestion de la réserve de Bururi

 

Comment les blocs constitutifs interagissent-ils entre eux dans la solution?

L'implication des Batwa dans les activités de gestion de la réserve a permis aux Batwa à gagner de l'argent, à faire de petites économies, à acheter une terre, à se construire des maisons, et par conséquent à améliorer ses  conditions de vie ainsi que celle de la biodiversité: bref, une situation gagnant gagnant.

 

Les impacts positifs

Cette  approche d’implication des Batwa dans la gestion de la réserve naturelle forestière de Bururi a porté ses fruits :

(i) cette communauté de Batwa vit désormais sur sa propre terre (3 ha) et dans des maisons décentes acquises au fruit leur labeur. C'est une grande première dans l’histoire du Burundi que des Batwa s’achètent une propriété avec leur propre argent épargné dans une banque.

(ii) Cette communauté bénéficie de l’eau potable, d'où la bonne santé physique en cette période de pandémie de la Covid 19.   

(iii) Cette approche a résolu à la fois plusieurs conflits : les conflits sociaux entre les Batwa et leurs voisins ont été définitivement réglés grâce à l’acquisition de la nouvelle propriété.

(iv) Cette expérience a définitivement transformé cette communauté en ami de ladite  réserve.

(v) La gouvernance de cette aire a nettement évolué car un comité multi-acteur de gestion a été mis en place. Les décisions de gestion sont désormais  consensuelles.

(vi) Un fond de 77 000 $ a été injecté dans ce village pour l'ipmliquer dans les travaux d''aménagement de la réserve et pour développer l'épargne solidaire.

Cette réserve est citée  comme un modèle de conservation communautaire attesté par les résultats de l’évaluation de l’efficacité de gestion avec IMET (integrated management effectiveness tool).

Histoire

Photo prise par Nzigiyimpa Léonidas. Janvier 2017

En 2017, acculé par le rythme effréné de dégradation de cette aire protégée,  alors  responsable  des aires protégées du sud du Burundi dont la réserve naturelle de Bururi,  j’ai fait preuve d’un grand esprit de créativité en  impliquant les 28 ménages de Batwa dans les activités d’aménagement, de gestion et de protection  de la réserve naturelle forestière de Bururi. Cette implication de ce peuple indigène totalisant 130 personnes dont 26 hommes et 27 femmes en âge de travailler, consistait à les engager dans les travaux d’entretien de la limite, des pistes internes de pénétration et des sentiers touristiques. Ils participaient également dans les travaux de surveillance pour lutter contre les feux de brousse,  la coupe illicite du bois et la chasse.

Cette implication leur a valu une motivation de 2 $ par personne par jour de prestation. Cette communauté décida elle-même de toucher  60% de cette motivation journalière et d'en épargner 40% sur un compte épargne commun. Au bout de 17 mois d’implication, cette communauté a  pu épargner 24 034 500 fbu (soit 12000 $). Elle utilisa cette épargne solidaire pour acheter 3 ha de terrain qu’elle s'est équitablement partagé. Le reste a servi à la construction des maisons décentes avec des briques et des tôles et à tirer une ligne d’adduction d’eau potable.

Contribué par

Léonidas Nzigiyimpa ASBL: Conservation et Communauté de Changement ( 3C)

Soumise par

Universite du Burundi
Assemblée Nationale du Burundi