Compensation sur les mises en défens pour la régénération du Cèdre de l'Atlas

Parc National d'Ifrane
Published: 16 June 2020
Last edited: 16 June 2020
remove_red_eye 281 Views

Summary

La régénération du Cèdre de l'Atlas est très sensible aux empiètements et aux dents du bétail en élevage extensif, qui ne laissent pas les jeunes plants se développer. Cette situation a poussé le Parc National d'Ifrane à proposer la mise en défens des périmètres à régénérer, et à compenser en contre partie les éleveurs pour le respect de ces mises en défens.

Un texte législatif a dès lors vu le jour.

Ces compensations dépendent des superficies mises en défens et sont versées annuellement aux comptes des associations qui regroupent les éleveurs concernés. Un programme d'aménagement du territoire où se pratique l'élevage est présenté chaque année pour validation en concertation avec les éleveurs et l'administration des Eaux et Forêts. Dix associations comprenant 1127 éleveurs sont actuellement actives pour une superfice de 8215 ha mise en défens et bénéficient d'une enveloppe budgétaire de compensation de l'ordre de 2053750,00 MAD.   

Classifications

Region
North Africa
Scale of implementation
National
Ecosystem
Agro-ecosystem
Agroforestry
Theme
Access and benefit sharing
Connectivity / transboundary conservation
Ecosystem services
Restoration
World Heritage
Challenges
Desertification
Drought
Loss of Biodiversity
Wildfires
Ecosystem loss
Lack of alternative income opportunities
Lack of public and decision maker’s awareness
Poor monitoring and enforcement
Poor governance and participation
Unemployment / poverty
Sustainable development goals
SDG 1 – No poverty
SDG 5 – Gender equality
SDG 17 – Partnerships for the goals
Aichi targets
Target 11: Protected areas
Target 15: Ecosystem restoration and resilience
Business engagement approach
Direct engagement with associations

Location

Parc National d'IFrane Azrou Maroc
Show on Protected Planet

Challenges

  • Difficulté de régénération du cèdre de l’Atlas ‘’Cédrus Atlantica’’ qui est une espèce en voie de disparition. Cette difficulté est accentuée par les changements climatiques et la pression anthropique;
  • La demande fourragère des troupeaux élevés en extensif dans les forêts de cèdre par les ayants droit et les usagers de la forêt, dépasse largement la production fourragère de la forêt. On assiste alors à une surexploitation des ressources pastorales qui déborde alors sur les zones interdites au parcours (les mises en défens);
  • La non organisation des éleveurs rend difficile toute action de sensibilisation et de mise en œuvre du modèle de gestion collective des ressources pastorales et/ou de conception concertée de projets de développement intégré.

Beneficiaries

Les bénéficiaires directs sont les adhérents qui sont principalement des éleveurs. Mais les projets initiés par les associations, sont bénéfiques pour tous les usagers du parc pastoral notamment les femmes et les jeunes.

How do the building blocks interact?

Le Parc National d’Ifrane intervient pour sensibiliser les éleveurs à s’organiser en associations de gestion sylvopastorale afin de bénéficier d’indemnités compensant les parcours sur les mises en défens, qui sont d’ailleurs interdits par la loi. Une fois organisés, ils perçoivent annuellement des indemnités et les investissent sous forme d’infrastructures et d’équipements servant à l’élevage et à l'achat d'aliments pour le bétail. Des ateliers de formation et sensibilisation sont organisés au profit de ces associations. Tout cela a permis de déboucher sur l’installation d’un système de rotation qui permet de redynamiser le potentiel pastoral des parcours, en respectant les mises en défens, et d'atteindre par conséquent les objectifs des programmes de reboisement et de régénération entamés par le département des Eaux et Forêts pour le Cèdre de l’Atlas.   

En outre, l’organisation en association a permis la concertation sur des projets de développement intégrés générateurs de revenus durables pour tous les habitants (éleveurs, jeunes, femmes…) autour de la valorisation des ressources naturelles par l’écotourisme, l’organisation des parcours, l’agroécologie…. etc

Impacts

La solution a permis de: 

  1. Organiser les éleveurs en associations dites de gestion sylvopastorale (AGS) qui facilitent le plaidoyer et la communication avec les autres partenaires qui interviennent ou pourraient intervenir avec des projets de développement dans les parcs pastoraux afférents;
  2. Les compensations perçues par les associations sont investies dans le développement de leurs parc pastoraux;
  3. Les mises en défens sont respectées et la régénération du Cèdre reprend sa dynamique;
  4. Les éleveurs s'approprient de plus en plus l'importance de la mise en défens dans la régénération et la reconstitution des écosystèmes;
  5. Les associations sont devenues des partenaires du Parc National d'Ifrane dans les différentes actions entreprises par le Parc, autre que l'élevage et le parcours. On pense par exemple avec ces associations à comment concrétiser un modèle de développement pour chaque parc pastoral. De plus, un projet de développement est actuellement en phase de montage sur le parc pastoral des Ait M'hmmed, qui servira de modèle d'inspiration pour les autres association sur leurs Parcs.

Story

Parc National d'Ifrane et Association Karfour

La reconstitution des écosystèmes naturels autochtones du Parc National d’Ifrane, notamment son espèce emblématique, patrimoniale et en voie de disparition ‘’Cédrus atlantica’’, est devenue de plus en plus difficile à réaliser à cause des pressions anthropiques comme le surpâturage et la coupe illicite des branches d'arbres de cèdre comme aliment pour le bétail, dans un mode de vie qui se base sur l'élevage extensif et l'agriculture vivrière. Ces pressions sont accentuées par les impacts négatifs dus aux changements climatiques.

L’interdiction du parcours sur des parcelles définies par l'aménagement des forêts (mises en défens), est une technique qui permet la régénération du cèdre, mais qui est difficile à appliquer.

En 2009, le Parc National d'Ifrane a commencé l'organisation des éleveurs de bétail en associations de gestion sylvopastorale. Elles perçoivent des indemnités à raison de 250MAD par Ha, en contrepartie de l’interdiction du parcours. Ce qui a permis de réussir la régénération significativement, (ces indemnités se verront à la hausse (1000MAD/ha) avec la nouvelle stratégie ''Forêt du Maroc 2020-2030'').  

En plus de l’investissement de ces indemnités dans le développement des infrastructures de leurs parcs pastoraux, ces organisations ont permis d’entamer la concertation sur des projets de développement intégrés générateurs de revenus durables aux profits de tous les habitants usagers des parc pastoraux, autour de la valorisation des ressources naturelles par l’écotourisme, l’organisation des parcours, l’agroécologie…. etc, tout en réalisant la conservations et la reconstitution des essences autochtones tel que Cédrus Atlantica en voie de disparition.  

Contributed by

Mohamed MOUKHLISS Haut Commissariat aux eaux et fortes et à la lutte contre la desrtification.