Organisation des éleveurs du bétail en associations de gestion sylvopastorales

Publié: 16 juin 2020
Dernière modification: 16 juin 2020

L’élevage du bétail ovin est l’activité principale dans la zone. L’effectif du cheptel dépasse largement la capacité fourragère des parcours forestiers. Du coup le respect des parcelles mises en défens pour la régénération est difficile à respecter. Or l’organisation des éleveurs en association leur permet de bénéficier d’indemnités compensant le parcours dans les mises en défens. Ce qui permet de régénérer le Cèdre de l’Atlas qui est en voie de disparition.

Classifications

Catégories
Partenariat
Renforcement de la cogestion
Communication et sensibilisation
Échelle de la mise en œuvre
Local
National
Phase de la solution
Mise en oeuvre
Documentation et dissémination des résultats

Facteurs de réussite

-La convention prévoyant la compensation est régie par un engagement des associations à respecter les mises en défens pour la régénération,

-Les compensations perçues sont investies dans des infrastructures et des équipements qui servent à l’élevage et pour acquérir des aliments pour le bétail;

-Les organisations permettent de se projeter sur des projets de développement intégrés valorisant les ressources naturelles sur tous les parcs pastoraux et associant toutes les catégories sociales notamment les jeunes et les femmes.

Enseignements tirés

Les indemnités perçues par les associations risquent d’être partagées directement par les éleveurs sans réaliser les investissements escomptés ;

Les éleveurs eux même peuvent servir de main d’œuvre pour la mise en œuvre des actions contractualisées entre le département des eaux et forêts et les associations ;

Les associations doivent être suivies et encadrées au début pour approprier le concept de compensation et le développer vers la conception de projets de développement.