Gouvernance participative des aires marines protégées du Sénégal

Paul Moise Diedhiou
Publié: 02 juillet 2019
Dernière modification: 02 juillet 2019
remove_red_eye 1145 Vues

Résumé

La gouvernance participative est une nouvelle expérience développée par le Sénégal dans le processus d’organisation, de mise en place et de gestion de son réseau d’aires marines protégées. Cette démarche permet de mieux concrétiser ses engagements par rapport aux conventions internationales auxquelles il a souscrit telle la convention sur la biodiversité adopter en 1994 et de passer d’un modèle de gestion régalienne à un processus participatif lui permettant de transférer ses compétences aux collectivités territoriales pour la gouvernance de leurs ressources naturelles. C’est un processus itératif et participatif encouragé et accompagné par l’Etat pour permettre aux communautés locales porteuses d’initiatives, de créer et gérer des aires protégées comme outil de gestion durable des ressources naturelles et de partage juste et équitable des retombées.

Classifications

Région
Afrique occidentale et centrale
Échelle de la mise en œuvre
National
Ecosystème
Estuaire
Forêt côtière
Herbiers marins
La mer ouverte
Lagune
Mangrove
Mont sous-marin / dorsale océanique
Plage
Écosystèmes marins et côtiers
Thème
Gestion des aires protégées
Gestion des espaces côtiers et marins
Gestion des espèces
Gouvernance des aires protégées
L'intégration de la biodiversité
Restauration
Services écosystèmiques
Challenges
Sécheresse
Précipitations erratiques
Chaleurs extrêmes
Inondations
Hausse des températures
Dégradation des terres et des forêts
Perte de biodiversité
Acidification des océans
Salinisation
Montée du niveau des mers
Récolte non durable, y compris la surpêche
Utilisations conflictuelles / impacts cumulatifs
Pollution (y compris eutrophisation et déchets)
Braconnage
Érosion
Perte de l'écosystème
Manque d'autres possibilités de revenu
Manque de capacités techniques
Manque de sensibilisation du public et des décideurs
Mauvaise surveillance et application de la loi
Manque d'infrastructures
Mauvaise gouvernance et participation
Conflit social et troubles civils
Manque de sécurité alimentaire
Chômage / pauvreté
Objectifs de Développement Durable
ODD 14 - Vie aquatique
Obectifs d'Aichi
Objectif 11: Aires protégées

Emplacement

Sénégal

Les impacts positifs

  • Prise en compte du principe de subsidiarité dans la mise en place des AMP car les collectivités locales peuvent conformément aux dispositions des lois portant codes des collectivités locales et de transfert de compétences prendre des actes de délibération communaux et départementaux pour la mise en place des AMP. ;
  • Intégration des chartes et conventions locales de gestion des ressources naturelles dans le dispositif réglementaire (règlement intérieur) ;
  • Respect du critère de représentativité des parties prenantes au sein des organes de gouvernance (comité de gestion, comité scientifique et comité d’orientation) :
  • Amélioration de la base de connaissance sur la faune marine :
  • Contribution à l’atteinte des objectifs d’Aïchi (taux de couverture en AMP qui est passé de 0,6% en 2012 à 2% en 2019) ;
  • Réhabilitation des écosystèmes dégradés (immersion de récifs artificiels, reboisement, repos biologique, ensemencement, lutte anti érosive etc.) :
  • Réduction des conflits liés à l’accès et l’utilisation aux ressources ;
  • Meilleure implication des acteurs dans la gestion et dans le processus de prise de décision
  • Valorisation responsable des ressources biologiques

Respect du principe d’équité sociale dans le partage des avantages découlant des activités de valorisation des ressources (clé de répartition des bénéfices)

Contribué par

Aissatou NIASSE